Tout clown qui se respecte se doit d'être un musicien. Quoi de mieux que la musique pour donner du tempo à un gag, susciter les attentes du public pour mieux les détromper ? Et il se peut que l'inverse soit également un peu vrai ! En tout cas, beaucoup de musiciens pourraient trouver de l'inspiration, après s'être bien défoulé les zygomatiques, dans le jeu de Rowan Atkinson, sa manière d'établir le contact avec les autres musiciens et bien sûr avec le public.

Il y avait bien sûr la séquence d'ouverture des Jeux Olympiques 2012, que le monde entier a vu (et pour une fois ça n'est pas une métaphore), qu'on trouve sur ioutioube comme de juste (la capacité des sites de partages de vidéo à enregistrer et restituer la mémoire collective est tout simplement hallucinante). La performance de celui qu'on connaît surtout sout le nom de Mr Bean, qui s'escrime sur une seule note au synthétiseur, n'est pas sans rappeler bien sûr l'extraordinaire sketch de Jacques Villeret comme percusionniste chargé de la caisse claire dans le Boléro de Ravel 

La virtuosité avec laquelle l'acteur contrôle ses expressions faciale vaut celle de n'importe quel violoniste, et véhicule une gamme d'émotions presque aussi large qu'un concerto.

Mais Rowan Atkinson, pour revenir à lui, ne dédaigne pas non plus prendre la baguette, et pour la bonne cause, en dirigeant un brass band de l'armée du Salut par exemple:

C'est drôle, tendre, léger et sans une once de vulgarité (on ne peut pas forcément en dire autant de tous les sketches de l'acteur anglais dont je suis pourtant un fan inconditionnel). Et je connais des chefs d'orchestre qui seraient bien inspirés de prendre des cours avec lui pour apprendre à créer le contact et la complicité avec les musiciens. Vous voulez des noms ?