lundi 25 avril 2011

Aria pour hautbois et cordes

La fête de Pâques est l'occasion pour les chrétiens de célébrer leur croyance en la résurrection; pour tout le monde manger du chocolat et de profiter d'un jour de congé supplémentaire; pour les mélomanes de ré-entendre la Passion selon St Matthieu (ou bien selon Saint Jean).

Lire la suite...

mardi 16 juin 2009

Armande de Polignac: le Héron Blanc

Le compositeur du jour est une compositrice: Armande de Polignac (1876-1962). C'était une élève de Vincent d'Indy et la nièce de la célèbre Princesse de Polignac, célèbre mécène qui a soutenu Ravel, Stravinski, Milhaud et bien d'autres.

Pour sa biographie, je vous renvoie au livre Les compositrices en France au XIXe siècle de Florence Launay chez Fayard. Sa musique est quasiment introuvable dans le circuit commercial. Seules deux mélodies sont éditées chez Eschig (Rêverie et Soir au jardin). Aucun disque. Bref c'est la femme invisible, ou plutôt inaudible.

C'est donc une oeuvre rarissime que je vous propose de découvrir. Écoutons ensemble le Héron Blanc, paroles de Franz Toussaint d'après Li-Tai-Po (poète chinois du 8è siècle), tiré du recueil La flûte de jade, chanté par L'Oiseleur des Longchamps accompagné par Mary Siciliano, en concert le 27 mai 2009:

Ce grand flocon de neige était un héron,
qui vient de se poser sur le lac bleu.
Immobile á l'extrémité d'un banc de sable,
le héron blanc regarde l'Hiver.

Vous avez certainement entendu le subtil usage des dissonances dans cette pièce, ainsi que la façon dont L'Oiseleur des Longchamps pousse sa voix dans le pianissimo, aux limites de la rupture... certains critiques parlent de "prise de risque", je préfère le mot d'engagement, car il exprime bien le fait que les risques qui sont pris n'ont rien de gratuit mais sont au service de l'expression.

Il ne me reste qu'à remercier chaleureusement les artistes de m'avoir permis de découvrir Armande de Polignac d'abord et ensuite de publier cette pièce dans ce journal. J'ai entendu parler d'un projet de disque. Puisse les mânes capricieuses qui tissent les fils du destin en permettre la réalisation !

mercredi 3 juin 2009

Dialogues de l'Esprit

Dialogues de l'Esprit est le nom du troisième tableau de mes Petites Fanfares célestes, qui portent comme sous-titre: Messiaen au paradis. Ces fanfares sont composées de cinq tableaux:
  1. Fanfare d'accueil des anges. Facétieux et un peu maladroits, les anges s'efforcent d'intégrer les modes de Messiaen et les rythmes non rétrogradable à leur langage musical, qui est plutôt tonal au départ.
  2. Discours de Saint Pierre. Solennel, imposant, mais pas dépourvu de tendresse.
  3. Dialogues de l'Esprit.
  4. l'Enfant Jésus dans sa Gloire. Une berceuse mystique en forme de choral à 10 voix.
  5. A la droite du Père. Dans ce finale très enlevé, on peut entendre des cloches, des rythmes de rumba, un choral sur l'accord divin qui contient toutes les notes de la gamme, et tous les thèmes des mouvements précédents qui réapparaissent et se superposent dans une joyeuse bousculade.

Je vous propose d'écouter un extrait de ce troisième tableau, interprété par KABrass sous la direction de Xavier Saumon (prise de son Guillaume Vidal):

Le nom d'un musicien célèbre est caché dans cette pièce. Saurez-vous le reconnaître à l'oreille ? Des places gratuites pour le concert du 13 juin sont à gagner.

jeudi 8 janvier 2009

Sale temps

La neige colle à mes semelles. Une neige sale et durcie qui se tasse mais ne veut pas fondre en ce début Janvier glacial. J'ôte mon bonnet pour entrer dans l'église. La cérémonie a déjà commencé. Des chants. Des fleurs. De la musique. On lit l'évangile des béatitudes: Heureux les pauvres de cœur ... Heureux ceux qui pleurent.

Lire la suite...

lundi 10 novembre 2008

La beauté du son est accessoire

C'est le compositeur lui-même qui l'a indiqué sur la partition: Très rapide. Sauvage. La beauté du son est sans importance.

(extrait de la Sonate op 25 no 1 pour alto seul de Paul Hindemith)

dimanche 17 août 2008

Comme un doux oiseleur...

Je travaille depuis quelque temps à une nouvelle série de pièces pour alto, clarinette et piano inspirées par des poèmes de Marguerite Yourcenar (tirés des Charités d'Alcippe). Voici les vers qui ont servi de point de départ à la troisième pièce (sept sont prévues au total):

Comme un doux oiseleur, la mort étend ses rets
Il ne restera plus que l'ombre du cyprès,
Où dormiront bientôt l'époux et l'épousée

Lire la suite...

jeudi 12 juin 2008

Le Kosovo a trouvé son hymne (et je récupère le mien)

C'est officiel: le parlement du Kosovo a choisi l'hymne de la jeune République du Kosovo. C'est un Kosovar albanophone, Mehdi Mengjiqi qui l'a emporté. Son hymne, sans paroles, s'appelle « Europe ». On peut l'entendre sur le site de RFI notamment. Ne voulant surtout pas influencer votre jugement, je vous laisse écouter et apprécier. Je ne connaissais pas cet auteur, et à part quelques partitions sur sheetmusicplus, on ne trouve pas trop de trace de lui sur Internet.

Lire la suite...

mardi 3 juin 2008

Un extrait de mon râga pour quatre altos

Extrait d'un e-mail reçu d'un fan: J'imaginais à un moment de grosses bûches dans une énorme cheminée, mais l'accelerando ff m'a sorti du rêve tandis que revenait l'air mélancolique mais pas triste. Plusieurs auditeurs m'ont demandé: mézofait c'est quoi un Râga ? mais les fidèles lecteurs de ce journal se souviendront que j'ai déjà posté quelques explications.

Lire la suite...

samedi 26 avril 2008

Debussy: la fille aux cheveux de lin

Chers lecteurs de ce journal, de retour de vacances, je n'ai guère le temps de vous écrire un long message mais je vous offre une petite douceur: la fille aux cheveux de lin, peut-être le plus connu des Préludes de Debussy, arrangé par mes soins, interprété par l'orchestre Ut Cinquième (direction: Xavier Saumon)

Lire la suite...

vendredi 18 avril 2008

Deux extraits de ma sonate avec hautbois

Nous avons créé hier les deux premiers mouvements de ma Sonate pour Hautbois, Harpe et Quatuor à Cordes: à midi salle Cortot puis le soit à l'ENS. Grâce à la gentillesse et au dévouement de mes amis qui ont travaillé dur cette partition pas évidente, et l'ont joué avec du coeur, l'oeuvre a été bien accueillie par le public.

Lire la suite...