Berceuse sur une gamme fantaisiste

Publié en 1945 chez un petit éditeur qui a depuis longtemps mis la clé sous la porte, Flûte à tue-tête de Jean Vogel est aujourd'hui quasiment introuvable. Je dois à L'Oiseleur des Longchamps et à sa curiosité insatiable pour la poésie sous toutes ses formes d'avoir découvert ce recueil. On y trouve en particulier une chanson, berceuse sur une gamma fantaisiste, que j'ai trouvée mignonne comme tout et mise en musique. La structure en est assez régulière: huit couplets qui commencent et finissent par une gamme. Voici les trois premiers:

Do ré mi fa sol la si do
Enfants sans jeux filles sans dot
Pourquoi pleurer dans vos rideaux ?
C'est demain le jour des cadeaux
Do ré mi fa sol la si do

Ré mi fa so la si do ré
Beaux enfants sages éplorés
Ce qui vous manque vous l'aurez
Cette poupée aux yeux dorés
Ré mi fa so la si do ré

Mi fa sol la si do ré mi
Les enfants sages endormis
Ont moins de peine et plus d'amis
Que ceux qui pleurent à demi
Mi fa sol la si do ré mi

La répétition et même la monotonie de la structure sont compensés par la grande fantaisie des couplets (on a même un vers en italien), des images qui surgissent sans cohérence afin d'évoquer l'univers des rêves d'enfants:

Fa sol la si do ré mi fa
Sophie s'endort au Califat
et songe (Oh ! Mille anni fa !)
Qu'elle est Calife au Califat
Fa sol la si do ré mi fa

Sol la si do ré mi fa sol
Victor qui rêve à Donna Sol
En effeuillant des tournesols
Tombe d'un saule sur le sol
Sol la si do ré mi fa sol

La si do ré mi fa sol la
Elle est bien bonne celle-là !
Lise qui dort voit Dalila
Gagner Samson en tombola
La si do ré mi fa sol la

Arrivé à la septième strophe, le poète finit par se moquer de lui-même et de la monotonie de sa berceuse, invitant même le lecteur à s'endormir:

Si do ré mi fa sol la si
Vous me direz qu'elle est bien scie
Cette gamma en péripéties
Mais essayez dormez aussi
Si do ré mi fa sol la si

Avant de revenir sur le do initial pour fermer la boucle:

Do ré mi fa sol la si do
Ainsi finit ma gamme en do
Avec des rêves pour fardeaux
Les écrevisses dos à dos
Vont deux à deux faire dodo
Do ré mi fa sol la si do

Pour mettre ce texte en musique, j'ai choisi autant de modes qu'il y avait de couplets, utilisant même le mode II de Messiaen pour le 7e couplet (l'extrême régularité de ce mode symétrique aide à produire l'impression de monotonie), sans chercher à éviter les clichés, comme la seconde augmentée "orientale" pour le quatrième couplet. Chaque strophe est donc traitée comme une mini-mélodie avec sa couleur harmonique, son rythme, son atmosphère, mais aussi comme une variation du thème mélodique initial. Et la huitième strophe redit la première à l'envers, ce qui était quasiment obligé par le texte (les écrevisses...). Trèves de paroles, voici le début de cette berceuse par L'Oiseleur des Longchamps (baryton) et Mary Olivon (piano):

La partition est en ligne chez Tamino Productions et aussi sur le site SibeliusMusic.

Commentaires

1. Le jeudi 21 janvier 2010, 01:28 par Dave

C'est super beau ! Pour les nuls comme moi incapable de lire une partition, c'est dommage de ne pas avoir la mélodie entière... J'aime beaucoup votre voix :-)