Un fond de paysage triste et glacé...

Claude Debussy l'a soigneusement indiqué sur la partition de son 6è prélude pour piano, Des pas sur la neige: ce rythme doit avoir la valeur sonore d'un paysage triste et glacé. Mettons donc le métronome au rancart, et contemplons nos jardins enneigés (en ce moment ça n'est pas la neige qui manque) pour trouver la bonne pulsation.

jardin_sous_la_neige2.jpg

J'ai remarqué une chose sur mon piano Érard: lorsqu'on enfonce la pédale una corda à mi-course, on obtient un son étouffé et cotonneux (bien plus étouffé et cotonneux qu'avec la pédale enfoncée - una corda - ou relâchée - tre corde). C'est plutôt un défaut de construction qu'un effet sciemment recherché, mais c'est tout à fait approprié pour jouer ce type de pièce:

Si je m'y intéresse, outre l'hiver froid et humide qui s'y prête particulièrement bien, c'est parce que je dois l'orchestrer. J'en ai fait deux versions, une version pour quatuor à cordes et une version pour orchestre symphonique avec harpe et vents par deux (sans cuivres). Les partitions seront bientôt sont maintenant disponibles sur le site Tamino productions.

Ce prélude est un petit bijou, même si Debussy n'avait écrit que ça, il mériterait notre gratitude éternelle !

Commentaires

1. Le mercredi 18 février 2009, 21:26 par zvezdo

désolé de casser la (chaude) ambiance, mais le lien sibelius ne marche pas.

2. Le vendredi 20 février 2009, 09:49 par Papageno

Il marche maintenant... et j'attendrai le retour de la canicule pour poster un tango brésilien !