Stradivarius: puisqu'on vous dit que c'est du marketing !

Quel violoniste ne rêve pas de jouer sur un de ces instruments mythiques signé Antonio Stradivarius, qui ont tous un nom, une histoire, un visage ? Et accessoirement un prix qui se conte en millions, ce qui fait que ces instruments restent bien souvent la propriété d'une riche compagnie d'assurances japonaise ou d'une obscure fondation suédoise qui se contentent de le prêter à un heureux élu trié sur le volet parmi les meilleurs solistes internationaux. C'est le cas par exemple d'Antoine Tamestit.

Seulement voilà, patatras ! Une chercheuse en acoustique, Claudia Fritz s'est mis dans la tête de réaliser des tests d'écoute en aveugle pour savoir si ces magnifiques instruments sont vraiment meilleurs à l'oreille que les très bons instruments modernes.

claudia_fritz_cnrs.jpg

Nous en avions parlé dans ce Journal en 2012 et à nouveau en 2014. La chercheuse de l'université de Jussieu, qui a décroché entretemps une médaille de Bronze du CNRS en 2016 (bravo à elle), vient de récidiver avec une nouvelle étude.

Il s'agissait de tester une qualité supposée des violons italiens anciens: ils pourraient "projeter" le son plus loin qu'un violon ordinaire, même si le niveau acoustique perçu par l'interprète n'est pas plus élevé. Une capacité qui semblerait relever de la magie blanche plus que des lois de la physique. Et qui, vérification faite, relève bien de la pensée magique.

Lors de tests rigoureux réalisés à Paris et à New York, Claudia Fritz a de nouveau montré que les auditeurs ne savent pas distinguer de façon fiable entre un Strad et un bon violon moderne. Pire encore, ils ont une légère préférence pour les violons modernes qui sont en général un peu plus sonores. Enfin, les violons qui projettent le mieux dans une grande salle sont également ceux qui sont jugés comme les plus sonores par les interprètes.

Est-ce une mauvaise nouvelle ? Pour les collectionneurs, peut-être (encore que la cote des Stradivarius ne semble pas près de dégringoler). Pour les musiciens, c'est au contraire une très bonne nouvelle: cela signifie que certains de nos luthiers actuels sont très excellents, et qu'on n'a pas besoin de faire partie des happy few qui peuvent jouer un bel instrument ancien pour avoir un très bon instrument qui projette le son, qui envoie du jus et qui met les mamies en transe (oui parce que pour les filles à peine majeures qui balance leurs sous-vêtements sur scène il faut mieux pratiquer la guitare électrique). Vas-y mon pote, balance le concertooooooo !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet