Vous avez dit: Aporie ?

Pourquoi mon album s'appelle APORIE ❓La réponse ci-dessous ⬇️⬇️⬇️

Ce mot peu usité, venu tout droit du Grec ancien, désigne une "contradiction insoluble qui apparaît dans un raisonnement" d'après Larousse. En philosophie elle désigne une impasse logique, un cul-de-sac où l'esprit honnête ne peut qu'avouer qu'il a rencontré un mur dans sa recherche du vrai et du bien. Dans une relation, c'est le moment où l'on est à court d'arguments, où l'on ne peut plus avancer.

J'ai écrit ce texte en novembre 2017, en même temps que la musique, suite à des évènements difficiles de ma vie privée. Les choses se sont bien arrangées depuis ! C'est une pièce assez développée, qui dure 8 minutes et traverse des émotions fortes et contrastées, mettant le chanteur et la pianiste à rude épreuve.

APORIE

Si tu m’avais blessé avec un couteau
Je t’aurais pardonné car je t’aime
J’aurais soigné mes blessures
Car je t’aime plus que tout

Mais j’aurais gardé les couteaux
Dans un tiroir fermé à clé…
On n’est jamais trop prudent !

Mais tu m’as blessé avec mes propres mots
Je n’ai plus de mots tu les as volés !
Tu en as fait des flèches contre moi
Je ne sais plus que dire.

Au sens plus général, l'aporie pourrait aussi bien désigner la situation dans laquelle se trouvent les compositeurs aujourd'hui. Soyez inventifs et modernes, leur dit-on, mais dans le respect de la tradition ! Soyez créatifs mais pas atonals ! Soyez audacieux et prenez des risques, pourvu que votre musique plaise à tout le monde au premier coup d'oreille. Piégé dans ces injonctions paradoxales, le jeune compositeur peut se trouver facilement dans une impasse,  ou dans un rond-point dont toutes les directions possibles seraient marquées en sens interdit. Il faut un certain courage pour s'affranchir de tout cela et poser: "Voilà ce que j'ai envie d'exprimer aujourd'hui." Pour renoncer à plaire ou à déplaire, et s'affranchir de toutes les interdictions, qu'elles soient modernistes ou conservatrices.

Cette musique a inspiré deux tableaux à la peintre CYB, qui m'a donné fort gracieusement l'autorisation de les utiliser pour illustrer l'album. Un grand merci à cette belle et généreuse artiste ! Elle a aussi donné son nom à l'album réalisé par L'Oiseleur des Longchamps, Sabine Revault d'Allonnes et Mary Olivon, et qui regroupe 17 mélodies composées de 2007 à 2017: 

Écouter un extrait

chanté par L'Oiseleur des Longchamps, accompagné par Mary Olivon au piano.

Acheter la partition 

Au format numérique ou bien papier, sur le site Tamino Productions.

Pré-commander le disque

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet