mercredi 14 juin 2017

Prière de la Rose au Soleil

Quand je n’étais qu’un petit bouton rose
Je sentais déjà Tes rayons divins
Transpercer mon corps. Vierge sous hypnose,
Brûlant du désir d’entrer en ton sein.

Lire la suite...

lundi 13 mars 2017

Tu vis je bois l'azur (Anna de Noailles)

Tu vis je bois l'azur qu'épanche ton visage
Ton rire me nourrit comme d'un blé plus fin
Je ne sais pas le jour où, moins sûr et moins sage
               Tu me feras mourir de faim

Lire la suite...

mardi 17 mai 2016

L'oiseleur (Maurice Carême)

Quand L'oiseleur fut pris au piège
On entendit l'oiseau prier
Prier longuement dans la neige
Pour que l'homme sur libéré

Lire la suite...

samedi 2 janvier 2016

Bonne année 2016

Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns.
Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier.
Je vous souhaite des passions,
Je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants.
Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir.
Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence et aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l'aventure, à la vie, à l'amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.
Je vous souhaite surtout d'être vous, fier de l'être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable.

(Jacques Brel, 1968)

Lire la suite...

dimanche 23 août 2015

S'il vous plaît vendre vos baisers...

S’il vous plaît vendre vos baisers, 
J’en achèterai volontiers, 
Et en aurez mon cœur en gage, 
Pour les prendre par héritage, 
Par douzaines, cents ou milliers.

Lire la suite...

mercredi 8 avril 2015

Rêve d'amour (Ferdinand Freiligrath)

Oh aime, tant que tu peux aimer !
Oh aime, tant que tu veux aimer !
L’heure viendra, l’heure viendra
Où près d’une tombe tu gémiras !

Et veille à ce que ton cœur brûle
Qu’il soigne l’amour, qu’il porte l’amour,
Tant qu’un autre cœur, d’un amour chaud,
lui répond de son battement !

Lire la suite...

dimanche 1 mars 2015

Celles qui oncques ne vous vit...

Celle qui onques ne vous vit
Et qui vous aime loyalment,
De tout son cuer vous fait présent,

Lire la suite...

vendredi 23 janvier 2015

Générosité

On ne peut aimer sans souffrir
Mais on peut souffrir sans aimer
On peut se passer de plaisirs
Mais on a besoin d'être aimé !

Lire la suite...

jeudi 1 janvier 2015

Tout de même

Tous mes voeux à nos lectrices et à nos lecteurs une excellente année 2015 ! Et, débordant un peu le cadre habituel de ce journal, voici un texte de Mère Térésa que je crois opportun de partager avec vous, mes amis, proches ou lointains.

Lire la suite...

vendredi 26 septembre 2014

La fleur des eaux (Maurice Bouchor)

L'air est plein d'une odeur exquise de lilas,
Qui, fleurissant du haut des murs jusques en bas,
Embaument les cheveux des femmes.
La mer au grand soleil va toute s'embraser,
Et sur le sable fin qu'elles viennent baiser
Roulent d'éblouissantes lames.

O ciel qui de ses yeux dois porter la couleur,
Brise qui vas chanter dans les lilas en fleur
Pour en sortir tout embaumée,
Ruisseaux, qui mouillerez sa robe,
O verts sentiers, 
Vous qui tressaillirez sous ses chers petits pieds,
Faites-moi voir ma bien aimée!

Lire la suite...

vendredi 22 août 2014

Méditation sur la beauté (François Cheng)

(...) Sur un autre registre, nous pensons aussi à tous ceux qui, innocents, subissent de terribles épreuves, morales ou physiques. Pour peu qu'à travers douleurs et souffrances ils gardent cette part de lumière qui sourde de l'âme humaine, et nous voilà saisis par cette lueur de beauté qui transparaît dans un visage émacié, délaissé. Oui, la beauté ne saurait jamais nous faire oublier notre condition tragique. Il y a une beauté proprement humaine, ce feu de l'esprit qui brûle, s'il brûle, au-delà du tragique.

Lire la suite...

dimanche 22 juin 2014

Jouissance

Aujourd'hui dans tes bras j'ai demeuré pâmée
Aujourd'hui, cher Tirsis, ton amoureuse ardeur
Triomphe impunément de toute ma pudeur
Et je cède aux transports dont mon âme est charmée

Lire la suite...

mardi 3 juin 2014

A Phillis

Et la mer et l’amour ont l’amer pour partage,
Et la mer est amère, et l’amour est amer,
L’on s'abîme en l’amour aussi bien qu’en la mer,
Car la mer et l’amour ne sont point sans orage. 

Lire la suite...

mercredi 7 mai 2014

Où es-tu me vois-tu m'entends-tu...

Où es-tu me vois-tu m'entends-tu
Me reconnaîtras-tu
Moi la plus belle moi la seule
Je tiens le flot de la rivière comme un violon
Je laisse passer les jours
Je laisse passer les bateaux les nuages
L'ennui est mort près de moi
Je tiens tous les échos d'enfance mes trésors
Avec des rires dans mon cou

(Paul Éluard, Médieuses, 1939)

Lire la suite...

vendredi 11 avril 2014

Il me plaît...

Il me plait que vous ne soyez pas épris de moi,
Il me plait que je ne sois pas éprise de vous,
Que jamais le lourd globe terrestre,
Ne s’effacera de dessous nos pieds.
Il me plait de pouvoir être drôle,
De ne pas jouer des mots et de me laisser aller,
Et de ne pas rougir d’une vague d’étouffement,
Lorsque s’effleurent nos mains, légèrement.

Il me plait aussi, que devant moi,
Vous enlaciez une autre, tranquillement,
Ne me rejetez pas dans le feu de l’enfer,
Brûler, parce que ce n’est pas vous que j’aime,
Et que mon tendre nom, mon tendre, vous
Ne le prononcerez ni le jour, ni la nuit, illusoirement...
Que jamais dans le silence d’un sanctuaire,
Alléluia ! Ne sera chanté au-dessus de nous

Merci à vous du cœur et de la main
De ce que - sans me connaître! - vous
M’aimez tant: pour mon repos nocturne,
Pour la rareté des rencontres aux heures du couchant
Pour nos non-promenades sous la lune,
Pour le soleil, au-dessus des têtes, mais pas pour nous,
Parce que vous êtes épris - hélas! - non pas de moi,
Parce que je suis éprise - hélas! – non pas de vous!


Lire la suite...

mercredi 5 mars 2014

C'est qu'il nous faut consentir

C'est qu'il nous faut consentir
à toutes les forces extrêmes ;
l'audace est notre problème
malgré le grand repentir.

Lire la suite...

mardi 28 janvier 2014

Musique (Albert Samain)

Puisqu’il n’est point de mots qui puissent contenir,
Ce soir, mon âme triste en vouloir de se taire,
Qu’un archet pur s’élève et chante, solitaire,
Pour mon rêve jaloux de ne se définir.

Lire la suite...

vendredi 24 janvier 2014

Hommage à la vie

Jules_Supervielle.jpg

Lire la suite...

vendredi 10 janvier 2014

Et amollir le cueur des inhumains...

Blason de la Larme

Larme argentine, humide et distillante
Des beaulx yeulx clairs, descendant coye, et lente
Dessus la face, et de là dans les seins,
Lieux prohibez comme sacrez, et sainctz ;

Lire la suite...

lundi 25 novembre 2013

Un appareil si vital et délicat... (Paul Valéry)

Il me semble que chaque mortel possède tout auprès du centre de sa machine, et en belle place parmi les instruments de la navigation de sa vie, un petit appareil d’une sensibilité incroyable qui lui marque l’état de l’amour de soi. On y lit que l’on s’admire, que l’on s’adore, que l’on se fait horreur, que l’on se raye de l’existence ; et quelque vivant index, qui tremble sur le cadran secret, hésite terriblement  prestement entre le zéro d’être une bête et le maximum d’être un dieu.

Lire la suite...

- page 1 de 2