Mot-clé - Jean-Sébastien Bach

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 3 décembre 2016

Six sonates de Jean-Sebastien Bach pour Trio à Cordes

Le trio à cordes est une magnifique formation pour laquelle il existe de grands chefs d'oeuvre, comme le Divertimento en mi bémol de Mozart ou encore les Trios à Cordes tardifs d'Arnold Schoenberg et d'Albert Roussel. Cependant il ne dispose pas d'un répertoire aussi étendu que le quatuor, ce qui pousse les interprètes comme le magnifique trio Vuillaume à chercher du côté des transcriptions pour élargir leur horizon.

 

Lire la suite...

samedi 21 décembre 2013

Concerts de Noël des Muses galantes

Pour ce dernier week-end avant Noël, faites-vous du bien. Fuyez les magasins bondés (Ainsi vous épargnerez à tata Georgette le souci de revendre sur PriceMinister le bouquin que vous avez laborieusement choisi pour lui "faire plaisir"). Élevéz votre âme et préparez votre coeur à Noël en écoutant de la belle musique. Par exemple ces deux cantates extraites de l'Oratorio de Noël de J-S Bach, agrémentées d'un concerto de Vivaldi pour Viole d'amour, par Les Muses Galantes. C'est samedi 21 décembre à 17 heures à l'Église des Billettes (24 rue des Archives, métro Hôtel de Ville) et dimanche 22 décembre à 12h30 à l'Église luthérienne Saint Marcel (24 rue Pierre Nicole, Métro Port Royal ou Luxembourg). 

Lire la suite...

samedi 7 février 2009

[Folle journée] Un clavier fort bien tempéré

Avec un peu de retard, voici le compte-rendu retrouvé sur une clé USB d'un concert de Zhu Xiao-Mei (piano) donné à Nantes le 1er février dernier, avec au programme le clavier bien tempéré (1er livre, 2e partie).

Lire la suite...

lundi 2 février 2009

[Folle Journée] Cantor sauce ketchup

Bach sauce ketchup.

Lorsque j'affirmais dans un précédent billet que cette Folle Journée 2009 ne comportait aucune création, j'avais tort dans la mesure ou ces Variations Goldberg par l'octuor de jazz Uri Caine en sont une.

Uri Caine est un pianiste et compositeur de jazz qui a beaucoup pratiqué le cross-over c'est à dire le mélange des styles: sur la vingtaine d'albums qu'il a produits, certains empruntent à Schumann, Mozart ou Beethoven (et même à Bach car il avait déjà produit un double disque consacré aux variations Goldberg en 2000).

bach_shades.jpg

Le terme "transcription" utilisé dans les programmes ne décrit pas bien le spectacle. Il s'agit plutôt d'un concert de jazz basé sur les variations Goldberg. Bien qu'on en ait peu de traces, il est probable que J-S Bach était un improvisateur hors pair. Sa musique plus que toute autre donne envie d'improviser, de créer, d'écrire de la musique. Les musiciens de jazz se sont souvent inspiré de Bach, ce qui est bien naturel.

On entend d'abord l'aria au piano, puis une série de variations à deux, à trois, à cinq, à huit musiciens, certaines basées sur le texte de Bach, d'autres beaucoup plus libres. Les membres de l'octuor (piano, contrebasse, chant, violon, trompette, clarinette/sax, percussions, DJ) sont tous de bons musiciens, mais ils sont plus convaincants dans les morceaux plus proches du jazz que dans ceux qui sont tirées directement de la partition de Bach (et pour lesquelles ils lisent leur notes comme les musiciens classiques...) Ainsi, improviser un canon à la neuvième entre la trompette et le saxophone, c'est très amusant et ça fonctionne très bien. Jouer un autre canon de Bach en duo violon/trompette, avec contrebasse et percussion pour le continuo, clarinette et piano qui improvisent à côté, et le DJ qui mixe des sons bizarres par-dessus, c'est déjà moins convaincant.

Un autre exemple: j'ai vraiment aimé les sons et autres scratches mixés par DJ Olive (qui s'offre une variation en solo vers la fin), sa manière d'interagir avec les autres musiciens. Mais la superposition de sons électroniques à l'aria joué au piano seul n'apporte pas grand-chose. De même les interventions de la chanteuse Barbara Walker étaient trop typiques du jazz, et pour dire le mot trop vulgaires pour se marier harmonieusement à la musique de Bach.

Au final, ce nouveau spectacle roboratif et plein d'invention fera certainement le bonheur des amateurs de jazz ou de cross-over, mais il pourra laisser les admirateurs de Bach un peu sur leur faim.

samedi 31 janvier 2009

[Folle Journée] Bach: messe en si mineur

La messe en si mineur de Jean-Sébastien Bach donnée par l'ensemble instrumental et vocal de Lausanne sous la direction d'un jeune homme du nom de Michel Corboz était sans conteste un des grands moments de cette Folle Journée 2009.

Lire la suite...

[Folle Journée] Bach: transcriptions pour grand orchestre

Ouï ce matin à Nantes, un concert de l'orchestre des Pays de la Loire. Jean-Sébastien Bach n'a écrit aucune oeuvre pour un ensemble qui se rapprochait de près ou de loin de l'orchestre symphonique moderne, c'est donc uniquement des transcriptions qui composent ce programme.

Lire la suite...

jeudi 8 janvier 2009

Sale temps

La neige colle à mes semelles. Une neige sale et durcie qui se tasse mais ne veut pas fondre en ce début Janvier glacial. J'ôte mon bonnet pour entrer dans l'église. La cérémonie a déjà commencé. Des chants. Des fleurs. De la musique. On lit l'évangile des béatitudes: Heureux les pauvres de cœur ... Heureux ceux qui pleurent.

Lire la suite...

dimanche 4 janvier 2009

La folie Bach à Nantes

La billetterie Internet vient d'ouvrir pour la folle journée de Nantes édition 2009 (du mercredi 28 janvier au dimanche 1er février). Au programme: beaucoup de Jean-Sébastien Bach et un peu de Schütz. Beaucoup de beau monde parmi les interprètes, et une programmation qui semble accueillir baroqueux et classiques sans distinction: ainsi, on pourra entendre le Clavier bien tempéré ou les Variation Goldberg aussi bien au piano qu'au clavecin. Choisissez votre camp...

follejournee_240_360.jpg Les Nantais purs et durs ayant déjà fait la queue toute la nuit pour rafler les meilleures places, on ne saurait trop conseiller aux amateurs de se dépêcher. Quant aux hotels, c'est trop tard, tout est déjà complet, sauf à s'éloigner déraisonnablement du centre-ville.

Pour l'édition 2009, le journal de Papageno enverra pas moins de quatre envoyés spéciaux sur place, dont deux dans la catégorie junior, pour mieux couvrir l'évènement. D'ores et déjà on peut noter avec une pointe de regret l'absence de créations (l'an dernier plusieurs pièces avaient été commandées à des compositeurs vivants pour pimenter un peu le programme Schubert). Tant de musiciens se sont inspirés de l'oeuvre de Bach, l'ont arrangée, transcrite, pastichée, re-travaillée, hommagée, tripatouillée, salopée, qu'on pourrait presque suggérer aux organisateurs un programme encore plus fou pour 2010: Bach: et après ? La postérité du Cantor de Leipzig

samedi 8 novembre 2008

Croyez-vous en Dieu ?

L'avantage qu'on peut trouver à aborder un sujet aussi vaste que « La foi et la tonalité dans la musique occidentale » c'est que par l'ampleur même du sujet on n'est tenu à aucune forme d'exhaustivité. Je me contenterai donc de remarques disparates, ou d'une approche transversale pour employer un mot à la mode (étonnant qu'il ne soit pas encore dans le dicomoche d'ailleurs).

Lire la suite...

vendredi 10 octobre 2008

Anna Magdalena Bach compositrice ?

La dépêche de l'agence Reuters, tombée aujourd'hui, annonce des oeuvres de Bach auraient été écrites par son épouse. Sa deuxième épouse, Anna Magdalena, pour être précis. Un chercheur du nom de Martin Jarvis affirme détenir 18 raisons de croire que les célèbres suites pour violoncelle seul seraient en fait d'Anna Magdalena.

Lire la suite...

vendredi 18 avril 2008

Un inédit de Jean-Sébastien Bach

Une page de jeunesse de Jean-Sébastien Bach a été retrouvée récemment.

Lire la suite...

vendredi 7 mars 2008

Jean-Sébastien Bach en 3D

Ils sont fous ces Allemands... pour le 323è anniversaire du Cantor de Leipzig, une reconstitution tri-dimensionnelle de son visage a été réalisée pour le musée d'Eisenach, sa ville natale, d'après un moulage du crâne du compositeur.

Lire la suite...

samedi 15 septembre 2007

Trois grands cycles pour piano seul au XXème siècle

Le clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach a toujours été une source de fascination et d'inspiration pour les compositeurs, surtout les compositeurs pianistes (ou organistes). Beethoven disait de ce double cycle de 48 préludes et fugues dans toutes les tonalités majeures et mineures: ça n'est pas un ruisseau, c'est un océan ! (Bach signifie ruisseau en Allemand). Chopin avait une pratique quotidienne de ces pièces, et il a écrit un cycle de 24 Préludes dans toutes les tonalités qui constitue peut-être, avec les Sonates, le meilleur de sa production. Et au vingtième siècle ?

Lire la suite...

jeudi 31 mai 2007

Antoine Tamestit en solo

Avec ce disque Antoine Tamestit nous confirme que c'est un des altistes marquants de la nouvelle génération.

Lire la suite...