Mot-clé - chant lyrique

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 15 mars 2014

Stabat Mater

La belle et talentueuse Véronique Housseau chantera le magnifique Stabat Mater de Pergolèse et celui, moins connu, de Vivaldi dimanche 23 mars prochain à 17 heures à l'Eglise réformée d'Auteuil, en duo avec le contre-ténor Rodrigo Ferreira, accompagnée par l'ensemble La Cavatine. Les détails sont sur le site de La Cavatine.

Lire la suite...

mercredi 29 janvier 2014

Un dimanche en musique

Ouï dimanche dernier salle Cortot, un charmant concert de musique de chambre en matinée (à 11 heures) proposé par l'association Musique pour Tous, petit groupe de musiciens réunis autour de l'altiste Pierre-Henri Xuereb.

Lire la suite...

samedi 11 janvier 2014

Les éblouissements d'Anna

A lire sur le blog de L'Oiseau-Lyre, un beau compte-rendu du Récital "Les Éblouissements d'Anna" du 8 décembre dernier à l'Institut Culturel Roumain.

Lire la suite...

dimanche 15 décembre 2013

La Colombe de Boudha

La Cie de l'oiseleur, les Fêtes Lyriques et l'association Reynaldo Hahn sont heureux de vous convier au concert exceptionnel "la colombe de Bouddha" conte lyrique japonais en un acte de Hahn, repris 90 ans après sa création, grâce à une magnifique équipe d'artistes talentueux, curieux et généreux (concert "au chapeau") qui vous feront découvrir un vrai petit bijou ! Venez nombreux, dans un mois exactement.

Lire la suite...

jeudi 28 novembre 2013

Petits meurtres en famille (Elektra à l'Opéra de Paris)

Ouï dimanche dernier à l'Opéra de Paris, une fort belle production d'Elektra de Richard Strauss. Créé en 1909, cet opéra pousse le chromatisme (post-)wagnérien dans ces derniers retranchements. Un certain Arnold Schönberg ne manqua pas d'en tirer des leçons lorsque; quelques années plus tard, avec Erwartung puis le Pierrot Lunaire, il enterrera la tonalité que Strauss avait poignardé aussi énergiquement qu'Oreste s'occupe de son beau-papa. On ne peut pas aller plus loin qu'Elektra; Strauss lui-même l'a compris, car il s'est tourné vers un tout autre style pour ses opéras suivants, comme le Chevalier à la Rose ou encore Cappricio.

Elektra est l'histoire d'une vengeance, et ça n'est même que ça. Obsédée par le meutre de son père Agamemnon, qui a été assasiné par son épouse Clytemnestre et par l'amant de celle-ci Egisthe, Elektra ne rêve que de laver l'affront dans le sang de sa propre mère. Elle reste sourde aux appels de Chrisotemis, sa soeur, qui aimerait bien "tourner la page" et "refaire sa vie" comme on dit de nos jours. Elle attend le retour de son frère Oreste pour l'aider à exécuter son plan. Plan aussi simple que subtil et dans lequel une rencontre entre certaine hache et la tête de Maman tient une place centrale.

Lire la suite...

dimanche 23 juin 2013

Mélodies inédites d'Armande de Polignac

La fête de la musique était quelque peu en avance ce 18 juin dernier pour la centaine de chanceux qui ont pu assister à ce récital de mélodies rares voire introuvables d'Armande de Polignac. Cela se passait au siège de l'association France-Amérique, un lieu somptueux à deux pas des Champs Elysées. La soprano Sabine Revault d'Allonnes, le baryton L'Oiseleur des Longchamps et le ténor Sébastien Romignon Ercolini, accompagnés au piano par Stéphanie Humeau, se sont relayés pour nous faire entendre ces mélodies parmi lesquelles on trouve de véritables trésors, de petits bijoux. Tant par le raffinement de l'écriture que par la sensibilité et l'engagement des interprètes, nous avons entendu ce que la mélodie française peut produire de meilleur.

Par la concision (il n'y a pas une note en trop) et le raffinement harmonique, les mélodies d'Armande de Polignac se rapprochent de Ravel. Elles auraient tout à fait leur place au concert parmi celles de Fauré, Duparc, Chausson, Hahn tant les qualités de l'écriture sont évidentes. Pour donner une idée de l'oubli dans lequel elles sont tombés, L'Oiseleur des Longchamps m'a raconté qu'il a du en chercher certaines à la bibliothéque de France car elles ne sont plus éditées depuis longtemps. Mais le parcours du combattant ne s'arrêtait pas là car il y avait des éditeurs qui s'ils ne possédaient même pas une photocopie des partitions originales, en détenaient les droits (sans doute par le jeu des rachats de catalogues entiers lorsqu'uu éditeur met la clé sous la porte). Il fallut donc les retrouver et demander des autorisations... Ce concept d'éditeur qui détient les droits sans faire le travail correspondant (rendre la partition disponible) me laisse un peu rêveur. Ce n'est qu'une illustration caricaturale du fait que donner des des droits monopolistiques garantis par l'état à un éditeur jusqu'à 70 ans après le décès du compositeur est tout sauf compatible avec l'intérêt général, et ne va certainement pas dans le sens de la défense de l'art vivant et de la création.

Fermons cette parenthèse et revenons à la musique: ce programme passionnant et inédit sera bientôt enregistré en disque, disponible d'ici à la fin de l'année. Ce qui permettra de rendre justice à cette compositrice méconnue. A ceux qui se demanderait pourquoi si peu de gens se sont intéressés à cette musique si elle est vraiment excellente, j'ai envie de répondre que les histoires de la musique sont tout sauf équitables, et qu'on entend très régulièrement dans les concerts classiques des navets sans grand intérêt alors que de véritables trésors dorment dans les bibliothèques. Dans ce domaine comme dans d'autres le conformisme fait des ravages, et la curiosité reste le meilleur atout du musicien comme du mélomane.

lundi 12 janvier 2009

Le Voyage Lyrique au THS à Puteaux le 25 janvier

Chœurs Les Saisons et Opéralyre : Le Voyage Lyrique

  • Direction : Béatrice Malleret
  • Piano : Patrick Ivorra
  • Ténor : Paul Gaugler
  • Mezzo : Yasmina Favre
  • Mise en scène et lumières : L’Oiseleur des Longchamps

Avec des élèves du Conservatoire de Puteaux

Le dimanche 25 janvier à 15h au Théâtre des Hauts-de-Seine à Puteaux.

« Un soir dans la ville bruyante et surpeuplée, une jeune femme mélancolique promène un enfant ; une sacoche oubliée sur un banc... Promesses de beaux songes ? L'ouvrira-t-elle ? Oui, bien sûr, elle l'ouvrira… Et son rêve nous entraînera dans le temps et dans l'espace avec Mozart, Verdi, Tchaïkovsky, Gounod, Haendel, Carmen, Nabucco, Onéguine, Faust, Macbeth, Didon et nous fera vivre leurs passions. Avec eux, nous serons maudits, danserons, souffrirons, serons opprimés, délivrés et ferons la fête. »

lundi 1 octobre 2007

Concert: mélodies de Chopin le 17 octobre 2007

Loiseleur des Longchamps Les 19 mélodies de Frédéric CHOPIN

(traduction française inédite)

  • Jacques L'OISELEUR des LONGCHAMPS, baryton
  • Tomaz TOBING, pianiste

Le mercredi 17 octobre 2007 à 20h30 à l'Archipel 17 boulevard de Strasbourg 75010 Paris

page 2 de 2 -